Cap Nord : Pêche artisanale côtière

Ecolabel international pour la pêcherie de homard du Cotentin.

Certifiés « Pêche durable » depuis juin 2011 par le Marine Stewardship Council (MSC), les homards anglo-normands arborent désormais un « bracelet » d’identification. Estampillé du label bleu du MSC, celui-ci atteste que ce homard est issu d’une pêcherie respectueuse des ressources naturelles et de l’environnement. Du bateau à l’assiette, la traçabilité « durable » est maintenant parfaitement affichée. C’est sans précédent : pour la première fois au monde, un produit de la pêche vendu vivant, porte le label MSC, dès sa capture, jusqu’au consommateur final. Et, grâce au cahier des charges NFM, le homard du Cotentin et de Jersey labellisé MSC est aussi garanti 100% extra-frais !

Avec 104 cal pour 100 g, le homard représente une excellente source de protéines : 22 g / 100 g, soit autant que 100 g de blanc de poulet, le tout avec un très faible apport en lipides (1,6 g). En outre, la majorité de ces lipides sont insaturés, c’est-à-dire bénéfiques à la santé. Les meilleurs alliés du homard sur ce plan : le jus de citron et le persil pour leur teneur en vitamine C, une sauce à base d'huile de colza pour les oméga 3 (protection cellulaire) ou d'olive pour les oméga 9 (protection cardiaque), des fines herbes fraîchement ciselées, pour l’apport en vitamines et antioxydants...

Cholestérol ou pas cholestérol ?

Quant au cholestérol, le homard en contient certes, mais ce dernier est essentiellement concentré dans la tête. En outre, il faut savoir que c’est la qualité des graisses d’un aliment qui importe, et surtout la qualité globale de l’alimentation qui importe. Ainsi, seuls 30 % du cholestérol sanguin proviennent de l’alimentation, les 70 % restants étant synthétisé par l’organisme, sous l’influence de notre hygiène de vie. De forte quantités de graisses saturées (contenues essentiellement dans les produits industriels, les plats cuisinés, les viandes et charcuteries, les produits laitiers entiers…) va impacter notre production de cholestérol sanguin bien davantage qu’un aliment sain contenant du cholestérol (œuf, foie de veau…). Si vous surveillez votre taux de cholestérol, aucun souci à consommer du homard, mais dans ce cas, oubliez les sauces type beurre blanc, les sauces cocktail à base de mayonnaise… Et de toute façon, c’est toute l’alimentation qu’il faut surveiller au long cours.

Seul petit bémol : comme tous les crustacés, le homard est riche en purines, qui augmentent la concentration d’acide urique dans le sang. Les personnes atteintes de goutte doivent ainsi limiter sa consommation…

Côté micronutriments, le homard apporte…

du phosphore : bénéfique pour les os, les dents, la mémoire, le bon fonctionnement des nerfs et des muscles.
du cuivre : essentiel à la constitution de diverses enzymes, cet oligo-élément participe également au bon fonctionnement du système immunitaire, et à la formation des globules rouges et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus, en particulier de la peau). 100 g de homard couvrent 131 % de nos apports journaliers recommandés (AJR)!
du zinc : anti-infectieux, fortifiant, il aide à lutter contre la fatigue et les petites infections courantes. Il intervient dans plus de 200 activités enzymatiques de l’organisme, notamment la protection contre les dommages des radicaux libres et le renouvellement des cellules ainsi que l’immunité et la cicatrisation. Il participe également à l’éclat de la peau, des ongles et des cheveux. 100 g de homard couvrent 28 % de nos de nos apports journaliers recommandés (AJR).

du sélénium : probablement l’oligo-élément au pouvoir antioxydant le plus élevé. Il permet le bon fonctionnement de la glutathion-péroxydase, une enzyme qui aide entre autre à freiner l’oxydation des graisses. Ce duo protège ainsi des maladies cardio-vasculaires. D’autre part, le sélénium participe au bon fonctionnement des défenses immunitaires, à l’éclat de la peau et des cheveux. Il aide la peau à se protéger des coups de soleil et lutte contre le vieillissement cutané. La majorité des individus manque de sélénium, en particulier les fumeurs. 100 g de homard couvrent 236 % de nos de nos apports journaliers recommandés (AJR)!
de l'iode : chef d’orchestre du métabolisme, cet oligo-élément participe ainsi indirectement à la gestion du poids. 100 g de homard couvrent 67 % de nos de nos apports journaliers recommandés (AJR).
de la vitamine B 12 : antifatigue, elle participe au bon maintien des cellules nerveuses et des globules rouges.
de la vitamine E, fortement antioxydante.

Tableau de composition pour 100 g de homard cuit (Source : tables CIQUAL 2013)

Calories
104
Protéines
22,1 g
Glucides
0,3 g
Lipides
1,6 g
Dont acides gras saturés
0,2 g
Dont acides gras monoinsaturés
0,3 g
Dont acides gras polyinsaturés
0,6 g
Dont oméga 3
0,057 g
Cholestérol
110 mg
Sodium
350 mg
Magnésium
34,1 mg
Phosphore
260 mg
Potassium
260 mg
Calcium
66,5 mg
Manganèse
0,138 mg
Fer
0,8 mg
Cuivre
1,31 mg
Zinc
2,8 mg
Sélénium (µg/100g)
< 130
ode (µg/100g)
100
Rétinol (µg/100g)
0
itamine E
1,47 mg
Vitamine B1
0,08 mg
Vitamine B2
0,05 mg
Vitamine B3
1,5 mg
Vitamine B5
1 mg
Vitamine B6
0,08 mg
Vitamine B9 ou Folates totaux (µg/100g)
9
Vitamine B12 (µg/100g)
3